Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 11:09

pere-coton.jpg 

 

Né dans la famille des seigneurs de Chenevoux à Néronde en 1564, Coton étudie le droit à Paris, Bourges et Turin (Italie) avant d’entrer à 19 ans dans la Compagnie de Jésus, malgré la forte opposition de son père.

Il est envoyé au Collège Romain de Rome, pour y faire ses études de théologie.

 

De 1603 à 1617, Coton est "Prédicateur du roi". Il est appelé à la cour de Henri IV par le maréchal de Lesdiguières, dont il avait converti la fille, Madame de Créqui. En 1608 Henri IV le prend également comme confesseur et conseiller, et lui confie l’éducation du Dauphin. Le roi souhaite qu’il devienne archevêque d’Arles, et voudrait en faire un cardinal.

Coton résiste aux honneurs et obtient gain de cause.

 

Quand il était confesseur du roi Henri IV, Pierre Coton suggéra au roi de ne plus blasphémer en employant le nom de Dieu dans ses jurons. Le pire étant, à son avis, Jarnidieu (ou j'hornis Dieu qui signifie "je renie Dieu"). Il lui proposa de remplacer le nom de Dieu par son propre nom, d’où le juron affaibli Jarnicoton (j'hornis Coton, "je renie Coton"), qui a connu une certaine vogue, du XVIIe siècle jusqu’à la chanson "la ronde des jurons" de Georges Brassens.

 

Coton est le grand-oncle du Père La Chaise :

François d'Aix, seigneur de La Chaise, est né le 25 août 1624 au château d'Aix dans la Loire près de St Martin la Sauveté, et mort le 20 janvier 1790 à Paris.

Plus connu sous le nom de Père Lachaise, ce jésuite fut le confesseur du roi Louis XIV pendant trente-quatre ans.

Il a donné son nom au cimetière du Père Lachaise situé à Paris.

 

 

Pour en savoir plus :

- "images de Néronde", brochure publiée en 1992,  René Berchoud, dessins de Georges Decouvelaere.

- la tour Coton à l'entrée du village,

- le site internet des montagnes du matin, rubrique village : http://montagnesdumatin.com

Partager cet article

Repost 0
Published by lespascoton2012 - dans informations
commenter cet article

commentaires